Reinhoud d'Haese, dit REINHOUD

Grammont (Belgique) 1928 - 2007 Paris

Reinhoud d’Haese, plus connu par son simple prénom Reinhoud, est un artiste singulier. Ce solitaire insoucieux des modes et des engouements a une façon très personnelle de sculpter. Il invente ses propres procédés, laissant libre cours à son imagination. Reinhoud a travaillé principalement le métal mais il est aussi céramiste, verrier, dessinateur et graveur. L’homme, rêveur, a également des talents de poète. 

 

Après une formation chez un orfèvre puis à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et aux Arts Décoratifs de Bruxelles, Reinhoud se lance dans la sculpture. Membre du groupe Cobra, il fait la connaissance entre autres de Christian Dotremont, Hugo Claus, Raoul Ubac. De sa rencontre avec Pierre Alechinsky naît une grande amitié, ensemble ils exposent fréquemment. La galerie Taptoe à Bruxelles lui offre sa première exposition personnelle en 1956. A partir de 1959, il est défendu par la Galerie de France à Paris et y expose avec Alechinsky en 1963. Dès lors, son oeuvre est présenté dans le monde entier, à commencer par les Etats-Unis où il montre ses créatures fantastiques à la Lefebre Gallery de New York en 1962. 

 

Dans son atelier, entouré d’une nature généreuse et amusante, Reinhoud créé des personnages en cuivre soudé, en étain ou en laiton découpé ou ciselé, donnant naissance à un bestiaire fantastique de créatures rougeoyantes et rutilantes aux reflets cuivrés, fruit de l’éclat d’un mélange de différents métaux. Ses créatures donnent une vision de l’homme un peu goguenarde. Ancrées dans le quotidien, elles ne cachent pas leurs racines allant de Brueghel ou Bosch jusqu’à Cobra. Reinhoud ne recule devant rien, sa fantaisie est parfois exubérance, extravagance. Il ose tout, mais toujours avec humour. 

L’insecte « Ranâtre », «l’inventeur de la visière», «Draag als ik uw ideaal» («Portez comme moi votre idéal»), montrent la pluralité thématique et la multitude de sources d’inspiration de l’artiste. Son séjour à New York le marque, ainsi il réinterprète des figures incarnant la culture américaine telles que « Saloon keeper » en 1974, ou encore toute une équipe de joueurs de football américain (« Looking for action »).

 

Avec ses sculptures inspirées des légendes médiévales et du règne animal, l’univers de Reinhoud reste toujours attachant. Le souffle du Nord et la tradition du surréalisme font de lui un artiste emblématique de la Belgique qui a su renouveler le vocabulaire de la sculpture. 

                                                           >English

>Exposition passée/past exhibition, Reinhoud, fantastic creatures, Laurentin gallery, Bruxelles, 25/04>24/05/2017

1/2