Marie WOLFS

 Kigali (Rwanda)1964-

Entre des racines africaines, une culture belge et des références littéraires françaises, Marie Wolfs dessine à l’échelle 1, les portraits des personnalités importantes dans sa vie. Jean Michel Basquiat et Emile Zola sont très influents sur sa manière de peindre. 

    Les « infinitudes » de Marie Wolfs, terme que l’artiste a donné à cet ensemble d'oeuvres, sont celles de la vie, de l’amour de ses personnages qui apparaissent comme en apesanteur sur un support cartonné. Dans un décor coloré ou noir et blanc, elle trace les traits des visages de ses modèles qui sont ses amis, ses familiers, les gens de son environnement. Comme incarnés d’une âme, ces personnages vivent avec elle dans son atelier situé à Liège.

    Le décor des grandes peintures de Marie Wolfs est presque toujours celui de sa maison. On y retrouve la couleur des murs, des rideaux, ses fauteuils, son canapé. Elle aime peindre sur des cartons ondulés, des emballages de frigidaires, de cuisinières et en fait parfois des diptyques ou des triptyques. Ses œuvres sont soit d’une tonalité faite de rouges et de grenats, chauds, soit de tons beiges proches de sa couleur favorite : le carton ondulé.

    L’artiste représente plus souvent des hommes que des femmes. Les personnages sont grands, forts, dans des attitudes détendues. Ils sont habillés de couleurs vivement contrastées.

Marie Wolfs travaille avec une grande sûreté du trait, qui lui permet de marquer ses personnages de très importantes distorsions. Sur des corps puissants, de très petites têtes aux regards insistants. Les pieds et les mains sont toujours de très grande taille. Ces insistances ne nuisent jamais à l’équilibre des personnages même si le regard reste toujours accroché par le modelé puissant et élégant de mains toujours au repos. Ses personnages sont à la fois imposants et sereins.

> Exposition passée/past exhibition : Mes Infinitudes, Laurentin gallery, Bruxelles, 19/06 au 18/09/2015