Maria Elena VIEIRA DA SILVA

Lisbonne (Portugal) 1908 - 1992 Paris

Orpheline de père à l'âge de deux ans, Vieira da Silva révèle très tôt son don pour le dessin. Ainsi dès onze ans elle dessine et sculpte dès 16 ans tout en suivant des cours à l'Académie des beaux-arts de Lisbonne. Habituée aux voyages par sa famille c'est tout naturellement qu'elle s'installe à Paris à l'âge de 19 ans. Elle étudie la sculpture dans un premier temps avec Antoine Bourdelle à l'Académie de la Grande Chaumière, puis à l'Académie scandinave avec Despiau ; la peinture avec Charles Dufresne, Waroquier et Friesz ; la gravure avec Stanley Hayter. En 1930 Vieira da Silva épouse le peintre d'origine hongroise Arpad Szenes; perdant ainsi sa nationalité portugaise, elle deviendra alors apatride jusqu'à sa naturalisation française en 1956. En 1932, elle fait la connaissance de Jeanne Bucher, galeriste parisienne réputée dont Vieira dira plus tard « C'est elle qui m'a faite». En 1933 celle-ci organise sa première exposition personnelle et présentant régulièrement son travail au fil des périodes successives.

En 1939, Vieira et Arpad confient leur atelier à Jeanne Bucher et se refugient au Portugal puis au Brésil. Là-bas ils continuent à travailler mais vivent difficilement de leur art, c'est ainsi que Szenes devient professeur, activité où il semble exceller. De retour en France en 1947, les expositions vont se succéder à la galerie Pierre ainsi qu'à celle de Jeanne Bucher, mais aussi en Europe et en Amérique lui apportant succès et aisance financière.

En 1963, la galerie Jeanne Bucher présente un ensemble de tempera sur papier, c'est la première exposition de peinture à l'oeuf, technique qu'elle affectionne beaucoup pour sa souplesse, sa densité et sa rapidité de séchage. C’est à cette même période qu’elle se tourne vers l'abstraction, ses oeuvres deviennent alors souvent basées sur un réseau de lignes complexes.