Kees van DONGEN

Rotterdam 1877-Monte Carlo 1968

Kees van Dongen grandit dans un milieu aisé et manifeste très tôt un intérêt pour le dessin. Son père ne s’opposant pas à sa vocation, l’inscrit aux cours du soir de l’Académie des Arts et de Sciences de Rotterdam. Il y suit un double enseignement de dessin industriel et d’Art décoratif. Il s’inscrit ensuite à l’Académie des Beaux-Arts de Rotterdam où il rencontre sa future épouse, Augusta Preitinger, plus connue sous le nom de Guus. En 1897 l’artiste s’installe à Paris chez son ami Siebe Ten Cate, qui lui présente le galeriste Le Barc de Bouteville chez qui van Dongen expose deux aquarelles, ainsi que le marchand de couleurs surnommé « le Père Soulier » qui lui propose de présenter des oeuvres dans son arrière boutique. Il rencontre également Félix Fénéon qui devient son premier et plus fidèle défenseur et lui permet d’entrer à "la Revue Blanche". Les premières années parisiennes sont marquées par le dessin et les illustrations fournies aux journaux engagés ou satiriques de l’époque. En 1901, la revue satirique "l’Assiette au beurre" publie un numéro spécial consacré à la vie des prostituées, «Petite histoire pour petits et grands nenfants » entièrement illustré par van Dongen. Proche de Derain et Vlaminck, il participe au Salon des Indépendants de 1904 sur les conseils de Luce. La même année, l’exposition chez Vollard constitue son entrée en scène dans le milieu artistique parisien. Il expose deux peintures dans la salle historique de la « Cage aux Fauves », au Salon d’Automne de 1905. Début 1906, il déménage pour le Bateau-Lavoir où il retrouve Picasso. 1907 est l’année de la consécration, grâce à l’exposition à la galerie Bernheim-Jeune, alors dirigée par Félix Fénéon. Après avoir signé un contrat avec Kahnweiler, sa peinture est diffusée en Allemagne. Il expose aussi dans les années 1910 à Moscou, Kiev, et Saint-Pétersbourg. À partir de 1919, il devient un portraitiste très à la mode, mais continue de peindre des sujets plus décoratifs et des illustrations. En 1922, il devient son propre marchand, et ses vernissages sont des évènements incontournables du« Tout Paris ». En 1926, il est fait chevalier de la Légion d’honneur et reçoit un an plus tard l’ordre de la Couronne de Belgique. Il s’installe à Monaco en 1959, son oeuvre est alors récompensé de nombreux prix, et de nombreuses expositions rétrospectives sont organisées.

                                                          >English