Margriet SMULDERS

Bussum (Pays-Bas) 1955-

"Les guirlandes infinies de fleurs venaient déjà décorer mes pages d'ecolière. J'ai également découpé des milliers de roses des livres de jardinage de ma mère. À l'Académie d'Arts, les fleurs en chair et en os ont été peintes sur mes toiles. Il y avait toujours des fleurs. Elles ont fleuri dans les autoportraits des années quatre-vingt et ont grandi dans les papiers peints de fleur faits dans les années quatre-vingt-dix. 

Vous pouvez voir un monde entier dans mes fleurs. Des tableaux luxuriants et étrangement érotique vous entrainent dans une autre dimension. Des miroirs énormes, des vases complexes de verre, des draperies riches, le fruit et des fleurs coupées sont utilisés pour faire ces 'peintures'. 

Comme Baudelaire dit "Enivrez-vous : de vin, poésie ou vertu". Imaginez vous attarder et languir dans ces paysages frais, sulfureux et lucides. J'aime cet état sensuel. Me perdre, me livrer comme dans une liaison amoureuse. La réalité n'importe pas. En faisant des photos je me perds dans les scènes comme si les fleurs me caressaient dans les golfes de la mer. 

Kienholz, Sherman et les peintres hollandais du dix-septième siècle étaient mes maîtres en faisant une série de ma vie comme une jeune femme et une mère. Ces autoportraits ont montré ma vie familiale comme un paradis embarrassé, bougon : loin d'être parfait. A ce moment, les scènes théâtrales de fleurs étaient utilisées comme un fond. Progressivement en faisant des portraits commandés j'ai commencé à voir les gens comme des fleurs. 

Plus tard les peintures florales du 17ème siècle, les œuvres de Pollock et Kiefer, les scènes fortes de Pipilotti Rist et le travail séduisant de Bettina Rheims m'inspiraient. En 1999, une exposition sur de voluptueuses natures mortes de fleurs hollandaises de l'Age d'Or a eu lieu au Rijksmuseum, Amsterdam. À ce moment-là j'ai commencé 'à peindre' des compositions de nature morte florales avec l'aide d'un miroir, pour que l'ensemble semble plus riche, plus généreux et j'ai augmenté l'effet parfumé en utilisant  des iris pourpre, des tulipes oranges loqueteuses et chiffonné les lèvres des pétales épanouis qui semblent se déplacer dans les eaux ondulées. L'effet ressemble à l'étude d'un étang clair, où les ruisseaux d'eau pure descendent de saillies glaciaires.

Mais pas toutes les fleurs sont immaculées ou en parfait état, suggérant que quelque chose potentiellement méchant puisse avoir lieu, comme dans la mythologie grecque, qui est remplie des cas de fratricide et de vengeance. Les insectes, des grenouilles, les gouttes de sang et le jus rouge sur des fleurs pâles rendent les photographies légèrement sinistres. L'obscurité leur donne une profondeur inconnue et mystérieuse. Dans ces oeuvres je montre non seulement des scènes idomestiques mais le monde entier avec ses relations et drames dont les acteurs sont incarnés par des fleurs."

 

Margriet Smulders