François

HINFRAY

François Hinfray a travaillé dans le monde de l’entreprise en France, en Allemagne, en Belgique et vit actuellement à Bruxelles.

Il a exposé en 2005 à Tokyo au Marunouchi Club (Mitsubishi Co) et en 2009 à Paris à la Galerie Brun Léglise.

Il a publié en 2009 « L’homme qui parle en marchant sans savoir où il va » (Editions de Fallois) qui a reçu le Prix Renaissance de la Nouvelle 2010.

Il a écrit une pièce de théâtre « Outback » dont la représentation est espérée quand les salles rouvriront.

> Exposition à Bruxelles / exhibition in Brussels

28/05 au 10/07/2021

François Hinfray

François Hinfray

2015 gouache sur papier 65 x 57 cm

François HInfray

François HInfray

2020 pastel et encre sur papier 30 x 30 cm

François Hinfray

François Hinfray

2019 gouache sur papier 66 x 66,5 cm

François Hinfray

François Hinfray

2019 gouache sur papier 102 x 66,5 cm

François Hinfray

François Hinfray

2020 acrylique sur papier 102 x 66,5 cm

François Hinfray

François Hinfray

2016 gouache sur papier 61 x 46 cm

François Hinfray

François Hinfray

2016 gouache sur papier 61 x 46 cm

François Hinfray

François Hinfray

2017 gouache sur papier 90 x 66,5 cm

François Hinfray

François Hinfray

2017 gouache sur papier 90 x 66,5 cm

François Hinfray

François Hinfray

2019 gouache sur papier 66 x 66,5 cm

François Hinfray

François Hinfray

2020 pastel sur papier 49 x 39,5 cm

François Hinfray

François Hinfray

2019 pastel sur papier 49 x 39,5 cm

François Hinfray

François Hinfray

2021 crayons sur papier 42 x 29,5 cm

Présentation par Caroline Mierop

Il faut regarder le travail de François Hinfray pour y trouver, avant tout autre discours, l’enjeu et l’attraction de sa démarche picturale.

L’artiste s’inscrit d’évidence dans la tradition de l’abstraction géométrique qui correspond en quelque sorte à sa culture ; une abstraction géométrique précisément construite, faite de profondeurs et d’aplats, de rythmes et d’espaces, qui met et remet sans cesse en jeu une palette large de formes, de motifs, de couleurs, de techniques, de formats.

Mais il faut s’approcher de ce travail pour entrer en résonnance avec d’autres affects. Car il y a, dans cette précision quasi mathématique du dessin, cette répétition inlassable du trait ou du coup de pinceau, dans cette obsession de la maîtrise, quelque chose qui renvoie à l’art longtemps nommé brut, voire à certaines formes d’art premier qui viennent troubler la perception a priori froide, calculée, de l’oeuvre. 

La générosité s’y affirme, la poésie y affleure. Sans compter la matière, vivante, diverse, avec laquelle il s’exprime : le velouté du pastel, la transparence du crayon, la profondeur de l’encre, l’opacité de la gouache, la trame du papier. Le motif est dense, tendu entre les pôles parfois contradictoires de la géométrie, du magnétisme, de la sensualité, de la couleur.

Car la couleur est sans doute la grande affaire de François Hinfray ; c’est là que s’exprime à la fois son désir d’ordre et son désir de liberté, son classicisme et son goût de l’inattendu. L’on pourrait être tenté de lui attribuer une palette, comme on pourrait être tenté de le classer dans une école, un mouvement ; mais à regarder et regarder encore sa peinture, de loin, de plus près, de tout près, ce sont plein d’images, de références, d’évocations qui se succèdent et se mélangent, défiant toute forme de généralité ou de classification. 

Cette hétérogénéité est peut-être ce qui définit le mieux l’artiste et son travail. Car François Hinfray est lui-même un homme à facettes : artiste, écrivain, amateur de musique, féru de cinéma, passionné par les débats du temps, il a aussi été homme d’entreprises et d’actions. 

Est-ce à dire que la peinture ne serait pour lui qu’une distraction ou une échappatoire ? Ou est-ce plutôt une nécessité qui s’est imposée à lui très tôt et n’a cessé de constituer, dans l’effervescence d’une vie bien remplie, la ligne de force, la permanence, l’axe vital de sa personnalité ?

Il faut voyager dans le travail de François Hinfray.

Caroline Mierop

Directrice honoraire de l’École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre