Giorgio de CHIRICO

Volos (Grèce) 1888 -  1978 Rome (Italie)

 

Giorgio de Chirico est inscrit dès l’âge de 12 ans à l’Institut Polytechnique d’Athènes. A la mort de son père et de sa soeur en 1905, il quitte la Grèce pour Milan où l’architecture classique le fascine. Il séjourne ensuite à Munich où il suit des cours aux Beaux Arts. Il y découvre les œuvres de Friedrich Nietzsche, Arthur Schopenhauer et les tableaux de Max Klinger et ceux d’Arnold Bocklin dont la poésie l’a particulièrement marqué. En 1911, il décide de rejoindre à Paris son frère Alberto Savinio, écrivain et musicien. En 1912 et 1913, il expose au Salon d’Automne et rencontre Picasso. Apollinaire parle du travail de Chirico comme étant un art intérieur cérébral et qu’il n’a rien à voir avec ce que font les artistes qui se sont révélés ces années là. Giorgio de Chirico est adepte de paysages anormaux, des natures mortes disproportionnées mêlant cieux verts et jaunes à des passants pétrifiés en statues ou à des mannequins de couturière animées. En 1915, de retour en Italie à Ferrare, il fonde avec Carlo Carra, le mouvement "Pittura metafisica" en référence aux caractéristiques métaphysiques qu’il donne à sa peinture. En 1916, Breton est bouleversé par « Le Cerveau de l ‘enfant » aperçu dans la vitrine de chez Paul Guillaume. Plus tard, devant un tableau de Titien, Chirico a une révélation inattendue et prône un retour à la tradition, au dessin et à l’observation des grands maitres, jusque là reniés. De 1919 à 1921, il fonde le groupe italien "Valori plastici" qui prône le « retour à l’art classique ». A son retour à Paris en 1924,  il est mal accueilli par les surréalistes qui ne comprennent pas son évolution.

Pourtant Ernst, Dali, Magritte, Dix, Carra, Miro,pour ne citer qu’eux, doivent beaucoup à l’art de Chirico, un des plus importants pères du surréalisme. A la fin de sa vie, l’art de Chirico laisse réapparaitre des formes et des compositions métaphysiques typiques.