Raoul UBAC


Sans titre

Sans titre

"Le champ labouré"

Composition

Composition

Outil I

Né en 1910 à Malmedy / Born in 1910 in Malmedy
† : 1985 / 1985

Biographie

Raoul Ubac naît en 1910, dans la petite ville de Malmédy, située à la frontière de la France. Il a goût pour les voyages et commence à visiter une partie de l’Europe par une randonnée à pied. C’est uniquement lors de son deuxième séjour à Paris, en 1928 qu’il noue son premier contact avec les surréalistes. Il commence sa formation par la fréquentation des ateliers de Montparnasse, délaissant alors les lettres pour la peinture. 

Il quitte Paris pour Cologne en 1932 où il étudie à l’Ecole des Arts Appliqués et qui le rapproche notamment des « artistes progressifs ». 

Après sa formation et quelques voyages en Autriche et en Dalmatie, il retourne à Paris en 1934 où il publie un recueil de poèmes et de photos. Dès cette période, il travaille énormément avec les surréalistes et opte pour la photographie. En même temps, il apprend la gravure dans l’atelier de l’anglais William Hayter. 

La guerre ne laisse aucune chance à la survie du groupe des surréalistes dont Ubac se désintérresse à partir de 1942. C’est uniquement en 1946, en Haute-Savoie qu’il se passionne pour l’ardoise après en avoir ramassé un fragment sur lequel il commence à graver des dessins. Son intérêt nouveau pour ce matériau ne le quittera plus. 

Pourtant, il se remet à la peinture l’année suivante et fait sa première exposition dans la Galerie Maeght, avec qui il reste en collaboration durant toute sa carrière. A partir de ce moment, il travaille la peinture et l’ardoise en même temps. En 1951, il participe à la deuxième exposition du groupe CoBrA à Liège. En 1957 il s’installe dans un village de l’Oise. Ces ardoises sont gravées de plus en plus profondément et se rapprochent des reliefs. Les thèmes des labours et des torses deviennent récurrents dans son œuvre. En 1965-66, il prend part à l’exposition rétrospective CoBrA à Rotterdam.

L’ardoise lui sert tout d’abord pour des recherches graphiques avant de devenir, un de ses supports favoris. Malgré la difficulté du matériau, Raoul Ubac arrive à travailler cette pierre avec des outils de sculpteur donnant un rendu très proche du relief, alternant tout d ‘abord clou de charpente et burin. Il utilise par la suite des outils divers qui gravent, chacun de manière singulière son œuvre. La lumière joue un rôle singulier car elle révèle une nuance de gris particulière, tirant parfois sur des teintes bleutées et donnant toute sa profondeur à une simple plaque d’ardoise.