Arpad SZENES


"Akaba"

Né en 1897 à Budapest (Hungary) / Born in 1897 in Budapest (Hungary)
† : 1985 / 1985

Biographie

Né en 1897 à Budapest (Hongrie) dans une famille d’intellectuels et d’artistes, Arpad Szenes fréquente des artistes et manifeste très tôt des dons pour le dessin et la peinture. Parallèlement, son ami sculpteur Desider Bokros-Bierman lui fait découvrir l’art contemporain international. Après son service militaire (1916-1918), Arpad intègre « l’académie libre » de Budapest, où il a pour professeur, Jósef Rippl Rónai, fondateur du « Cercle des Impressionnistes et Naturalistes hongrois ». Ce dernier a connu Matisse, Maillol, Bonnard, Vuillard qui représentent pour Arpad Szenes les premières ouvertures vers les recherches picturales d’avant la grande guerre.

Après avoir exposé pour la première fois des peintures abstraites en 1922 au Musée Ernst à Budapest, Arpad Szenes commence en 1924 un long voyage à travers l’Europe qui le conduit à Berlin, à Munich, en Italie puis en 1925 à Paris où, pour gagner sa vie, il exécute des caricatures dans les cafés de Montmartre. À l’Académie de la Grande Chaumière, il rencontre en 1928 Maria Helena Vieira da Silva, qu’il épouse l’année suivante, s’installant à la « Villa des Camélias » dans le quatorzième arrondissement de Paris. En 1930 ils séjournent plusieurs mois en Hongrie et en Transylvanie, dans une colonie d’artistes.

En 1931, Szenes travaille la gravure à l’« Atelier 17 » de Hayter où il rencontre les peintres surréalistes, Miro et Max Ernst. Avec Vieira da Silva il participe aux réunions des « Amis du Monde », se liant avec Étienne Hajdu, et plus tard Estève et Pignon. Il expose au Salon des Surindépendants. En 1932,
Arpad Szenes et Vieira da Silva rencontrent Jeanne Bucher dans sa première Galerie-Bibliothèque de la rue du Cherche-Midi. Elle connaît leurs travaux qu’elle a sélectionnés aux Surindépendants. A partir de cette époque elle les suivra avec assiduité.

En 1933, Arpad découvre la « Métamorphose » de Kafka et en reste très impressionné au point de réaliser une série de gravures sur ce thème.
Jusqu’à la guerre, Szenes séjourne régulièrement durant l’été avec Vieira da Silva au Portugal, s’installant en 1935 et 1936 à Lisbonne. Lors d’un séjour à Paris en 1937, avec Jean Lurçat, il décore le secteur « Pour la paix » de l’Exposition Internationale de Paris. En 1939 Szenes et Vieira da Silva quittent Paris, confient leur atelier et leurs peintures à Jeanne Bucher, et s’installent à Lisbonne. En 1940, le couple quitte d’Europe pour le Brésil et ouvre un atelier dès son arrivée à Santa Teresa sur les pentes du Corcovado, cet atelier connaît un grand succès. Szenes expose à Rio de Janeiro, ainsi qu’au Museum of Modern Art de New York, ainsi qu’à l’Art Institute de Chicago, puis au Cincinnati Art Museum. Il rentre en France en 1947. Là commence la série des « Banquets », des peintures toutes en longueur. En 1949, Jeanne Bucher lui consacre sa première exposition personnelle et l’état Français acquiere une première oeuvre « Composition (l’Atelier) » de 1948. En 1950, il aborde plusieurs thèmes : « Conversations », « Ateliers » (déjà travaillés au Brésil), et surtout les « Banquets ». En 1956, le couple obtient la nationalité française. A la suite d’un voyage en Espagne et au Portugal en 1958, Szenes réalise des paysages « Labours », « Espagne », « Castille » qui prendront des proportions démesurées avec les « Labours » dès 1961.

A partir de 1972, les rétrospectives de son œuvre s’enchaînent dont celle du Musée d’Art Moderne de la ville de Paris et celle de la galerie Jeanne-Bucher en 1974. En 1976, Arpad Szenes se rend à Rome avec Vieira da Silva à l’occasion de sa nomination au jury du Grand Prix de Rome.

Szenes s’éteint dans son atelier à Paris le 16 janvier 1985.

Selon ses mots : «Les peintres vivent peut-être vieux parce qu’ils font un métier non violent et contemplatif... Il faut vivre longtemps pour avoir le temps de faire beaucoup de bêtises et quelques chefs-d’oeuvre.»

Biography

Arpad Szenes was born in 1897 in Budapest (Hungary) into a family of intellectuals and artists. He mixed with artists at an early age, and rapidly demonstrated a talent for drawing and painting. At the same time he was introduced to international contemporary art by his friend, the sculptor Desider Bokros-Bierman. After his military service (1916-1918), Szenes entered the free Academy of Budapest, where he was taught by József Rippl Rónai, founder of the Circle of Hungarian Impressionists and Naturalists. Rónai knew Matisse, Maillol, Bonnard and Vuillard: artists who inspired Szenes as pioneers in pictorial exploration before the Great War.

After a first exhibition of abstract paintings in 1922 at the Ernst Museum in Budapest, in 1924, Arpad Szenes began a long journey across Europe, which took him to Berlin, Munich, Italy and in 1925, Paris, where he drew caricatures in Montmartre’ cafés to earn a living. In 1928, he met Maria Helena Vieira da Silva at the Académie de la Grande Chaumière. They married the following year, setting up home in the «Villa des Camélias». In 1930 they spent several months in Hungary and Transylvania, in an art colony.

In 1931, Szenes worked on engraving at Hayter’s «Atelier 17», where he met the Surrealist painters Miró and Max Ernst.  He and Vieira da Silva went to meetings of the «Amis du Monde» group, becoming close to Étienne Hajdu, and later Estève and Pignon. He exhibited at the Salon des Surindépendants. In 1932, Szenes and Vieira da Silva met Jeanne Bucher at her first Galerie-Bibliothèque in Rue du Cherche-Midi. She already knew their work, which she had selected at the Surindépendants, and from then on promoted them tirelessly. In 1933, Szenes’ discovery of Kafka’s «Metamorphosis» made a strong impression on him, and he produced a series of engravings on the theme.  Until the beginning of the war, Szenes and Vieira da Silva regularly visited Portugal, where they stayed in Lisbon in 1935 and 1936. In 1937, he decorated the «Pour la paix» section of the Paris International Exhibition with Jean Lurçat. In 1939, Szenes and Vieira da Silva left Paris, entrusting their studio and paintings to Jeanne Bucher, and settled in Lisbon. In 1940, the couple left Europe for Brazil.  When they arrived in Santa Teresa on the slopes of Corcovado, they opened a studio, which became a great success.  Szenes exhibited not only in Rio de Janeiro but also at the Museum of Modern Art in New York, the Art Institute of Chicago and the Cincinnati Art Museum. He returned to France in 1947. There he began his series of long horizontal paintings entitled «Banquets». In 1949, Jeanne Bucher hosted his first solo exhibition and the French State made its first purchase from him: «Composition (l’Atelier)», 1948. In 1950, he worked on various themes: «Conversations», «Ateliers» (already begun in Brazil), and above all, the «Banquets». In 1956, he and his wife took French citizenship. After a trip to Spain and Portugal in 1958, Szenes started to paint a series of landscapes – «Labours», «Espagne» and «Castille» –, which took on outsize proportions with the «Labours» of 1961.

Several retrospectives of his work were staged from 1972 onwards, including at the Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, and at Jeanne Bucher’s gallery in 1974.

In 1976, Arpad Szenes travelled to Rome with Vieira da Silva when he was appointed to the jury of the Grand Prix de Rome.

Szenes died in his Paris studio on 16 January 1985. 

According to him «Maybe painters live a long time because their work is non-violent and contemplative… You need a long life in order to do a great many silly things, and a few masterpieces.»